top of page

Types de pouvoir en entreprise: quel(s) pouvoir(s) êtes-vous?


En 1959, les psychologues sociaux américains John French et Bertram Raven ont étudié le pouvoir sociale en lien avec le potentiel d'influence sociale.


Ils ont décrit 5 bases de pouvoir réparties en 2 catégories:

  • Le pouvoir formel (s'appuie sur la position de la personne)

  • Le pouvoir personnel (dépend du soutien de ses collaborateurs, de ses pairs, etc)


Pouvoir de récompense

Ce pouvoir offre la possibilité de motiver et de récompenser. On peut dire que c'est la sanction positive avec pour principal levier l'argent. C'est de l'incentive (prime, bonus, augmentation, récompenses, formation sur mesure).

Ce pouvoir peut être limitant. En effet, des recherches ont démontré qu'il pousse plus à la performance individuelle qu'au travail collectif en diminuant sensiblement l'apport collaboratif.


Pouvoir légitime

Vous êtes recruté(e) ou promu(e) à un poste à responsabilités.

C'est officiel: c'est vous, bravo! Mais surtout ne croyez pas que le poste vous appartient. Vous n'en êtes que "locataire": on peut vous expulser à n'importe quel moment!

Il est important de souligner que plus votre poste est élevé, plus vous devez faire grandir vos collaborateurs. Élever leurs compétences en performance, les accompagner et leur permettre d'aller au delà de la zone de confort dans une nouvelle normalité.


Pouvoir coercitif

Ce pouvoir est garant de l'application des règles et des attentes de l'entreprise. Il est à utiliser à bon escient car les décisions ne sont pas neutres (sanctions disciplinaires, "mise au placard", licenciement).

Si vous usez outrageusement de ce pouvoir, vous allez générer non pas l'adhésion mais la crainte et la peur. Inutile alors d'espérer la prise d'initiative; de plus vous éloigner les promesses et les bienfaits d'une l'intelligence collective libérée.

A terme le désengangement n'est pas loin comme possiblement les risques psychosociaux.


Pouvoir d'expert

Vos missions successives, vos courbes d'expériences, vos apprentissages successifs font de vous un(e) expert(e) reconnu(e). Votre statut et votre position sont indéniables.

Être expert(e) n'est pas un objectif mais un processus d'apprentissage perpétuel. Il ne faut pas l'oublier.


Pouvoir de référence

Le pouvoir de référence est LE PLUS IMPORTANT. C'est un pouvoir d'influence. Vous êtes reconnu comme détenteur du pouvoir, à votre place, admiré, respecté, suivi. Vous êtes un manager et un leader inspirant, motivant. Votre intelligence émotionnelle vous permet de comprendre celles et ceux qui vous entourent. Vous savez fédérer. Vos équipes sont impliquées. Votre pouvoir est charismatique, thaumaturge.

Pofessionnel et humain. Avec vous, TOUT est possible!


Pouvoir de l'information

C'est en 1965 que Raven rajoute ce pouvoir.

Cet avantage est assez court termiste. Vous avez l'information. L'idéal est de la transmettre avant qu'elle ne soit immanquablement connue des autres.

A mon sens, le pouvoir de l'information est tout sauf stratégique. Une tactique qui ne vous renforce pas plus que cela aux yeux des autres.


Pouvoir d'interconnection

Dans les années 2000, ce pouvoir est apparu. Il concerne le réseautage. Capacité à créer du lien, se tenir informé et informer les autres. Il s'agit aussi de créer des groupes d'influence. A vous de savoir qui en est le premier bénéficiaire: vous ou l'entreprise?



Il va de soi qu'un "soft power" (pouvoir de réference, d'expertise ou d'information) est mieux acceuilli par les collaborateurs qu'un "hard power" (pouvoir de récompense ou pouvoir coercitif)



VOUS AVEZ TOUS CES POUVOIRS? À UTILISER EN CONSCIENCE!


Comments


bottom of page